Blog de JP Gouigoux

12/08/2008

UI Automation : cent fois sur le métier remettez votre ouvrage…

Filed under: .NET,UIAutomation — jpgouigoux @ 8:27
Tags: , , , ,

L’automatisation de test me titille à nouveau…

Dans un post précédent (Microsoft UI Automation : déçu, encore une fois…), j’avais expliqué ce qui, selon moi, faisait que le framework UI Automation ne permettait pas de faire de l’automatisation de test : le manque de possibilité d’écrire dans une zone de texte. En effet, je veux bien croire que certaines applications fonctionnent uniquement avec des boutons, mais moi je bosse sur des applications de gestion, qui sont utilisées par des secrétaires et des personnes qui instruisent des dossiers, et quand ils s’en tapent une centaine pas jour, ils ont usé le clavier…

Bref, je pensais avoir tiré une croix sur le sujet, et voilatipa qu’un nouvel article sort là-dessus, dans les flux RSS qui s’affiche au démarrage de Visual Studio. L’auteur n’est autre que Frédéric Queudret, qui était également l’auteur si je me rappelle bien d’un article dans Programmez! sur le même sujet. Je me dis qu’il y a peut-être du nouveau, et surtout une réponse à mon interrogation : dans mon post précédent, je finissais en disant que je serais heureux de me faire traiter d’andouille par quelqu’un qui peut me montrer que je suis passé à côté de la plaque, et je le pense vraiment.

Me voilà donc sur l’article cité, et l’exemple n’est pas avec le notepad comme dans les tutoriels que j’avais trouvé sur le sujet : chouette, ça veut dire que c’est du nouveau. Donc peut-être avec une réponse à ce fameux problème : comment entrer du texte ?

L’application traitée est la calculatrice. On va donc vérifier un calcul. Et donc avoir à entrer des données. Youpi, on chauffe !

Et bien non : c’est là tout l’avantage de cette application : il y a des boutons sur lesquels on tape pour rentrer du texte. Vous l’avez compris : le test automatisé pour vérifier que la calculatrice donne bien trois quand on tape 1 + 3 consiste à simuler le clic sur le bouton 1, puis sur le bouton +, etc.

Voyons les choses du bon côté : ça tend à prouver tout simplement ce que j’avais conclu l’autre fois, et je vois s’éloigner les chances de me faire traiter à juste titre d’andouille. Le mauvais côté des choses est que je suis toujours bredouille.

Il paraît que la CTP de Rosario prend en charge les tests automatisés. J’espère deux choses :

  1. que Microsoft aura étendu son UI Framework, ou au pire créé des hooks sur les contrôles pour pouvoir entrer du texte
  2. que les commerciaux de Microsoft seront un jour au courant de ce qui se passe dans leur application avant de l’apprendre par des blogs de personnes extérieures à leur société : j’ai demandé plusieurs fois au commercial France sur Visual Studio si il y allait avoir quelque chose là-dessus, et il n’était au courant de rien. Même chose aux TechDays.

En attendant, je vais envoyer de ce pas un petit mail à Frédéric Queudret en lui proposant de me traiter d’andouille, à condition qu’il me donne la solution à ce problème de 10 ans ! Si des gens lisent ce post, je m’engage à vous tenir au courant de sa réponse, et de ma quête sans fin sur ce sujet…

29/06/2008

Microsoft UI Automation : déçu, encore une fois…

Filed under: .NET,UIAutomation — jpgouigoux @ 2:16
Tags: , , , ,

Que je vous expose mon problème, avant tout : ça fait presque dix ans que je cherche une méthode efficace pour tester des interfaces rapides. J’ai essayé des outils commerciaux (Mercury et consorts), des outils gratuits, des méthodes (instrumentation, scripting VSA, invocation sur hooks, etc.), des bidouilles ignobles (surcharger la librairie ManagedSpy de Ben Wulfe de Microsoft R&D, entre autres). J’ai posé le problème aux DevDays suite à la présentation de Rosario, harcelé des gens de Microsoft pour leur demander quand on aurait enfin un outil pour faire du test d’interface.

Et il y a deux jours, j’ai cru avoir enfin trouvé la voie. Un article de Programmez parlait de UI Automation, qui est un framework d’accessibilité, permettant de parcourir et de lire les contrôles de manière externe au programme cible. Ce framework est intégré à .NET 3.5. Je me renseigne un peu, trouve quelques liens intéressants, et me demande pourquoi mes recherches ne m’avaient pas fait trouvé cette technologie. J’ai pourtant passé un bon bout de temps à chercher ce qui se faisait en .NET, mais visiblement pas avec les bons mots clés.

Bref, je me mets à l’oeuvre en ouvrant Visual Studio 2008, et en rajoutant les références sur UIAutomationClient et UIAutomationTypes, et je reprends l’exemple trouvé sur http://blogs.developpeur.org/tom/archive/2007/07/25/wpf-wpf-ui-automation-rendez-vos-interfaces-graphiques-accessibles.aspx en me disant qu’il ne devrait pas être trop dur de l’étendre pour insérer du texte dans un notepad depuis une application console extérieure.

C’est là que les choses se corsent. J’ai d’abord la surprise de découvrir que UISpy ne fait pas partie du SDK 6.0. Voir à ce sujet http://blogs.msdn.com/windowssdk/archive/2008/02/18/where-is-uispy-exe.aspx. Ce n’est pas grave, je télécharge, j’installe le tout comme un 6.1, et je découvre la structure du notepad grâce à l’outil UISpy. Il y a un élément de type document, qui semble être le contrôle par défaut. Je lui associe un TextPattern, sur lequel un DocumentRange me donne accès à GetText(). Bizarre, il n’y a pas de SetText()…

Mon premier réflexe est de me dire que l’injection doit se faire avec un autre pattern que la lecture de texte. Je trouve un bon candidat, à savoir le InvokePattern, mais ça ne sert apparemment pas à ça, ou bien je n’ai pas compris comment ça fonctionne exactement. Avant de poursuivre plus loin, je me dis que je ferais mieux de me renseigner un peu plus sur le pourquoi de l’absence d’un SetText() dans le TextPattern. Et ce que je trouve sur http://msdn.microsoft.com/en-us/library/ms745158.aspx à la rubrique Security me confirme mes doutes : dixit l’article, « Microsoft UI Automation text providers supply read-only interfaces and do not provide the ability to change the existing text in a control ». Bref, c’est plié encore une fois pour l’automatisation des tests d’interface.

Au passage, la sécurité a bon dos : c’est tout à fait possible d’injecter des valeurs dans un contrôle en passant par les API Win32, ou même en utilisant ManagedSpy.dll (je tiens le code à disposition si quelqu’un est intéressé). Si on voulait simplement empêcher la nouvelle technologie de prendre ce risque, il était également possible de mettre en place un système autorisant la modification distante à condition qu’une autorisation ait été donnée par avance. Ca peut être fait avec un certificat, un token, n’importe quoi. Même si ça ne fonctionne pas avec des applications existantes et que ça force les applications cibles à rajouter une propriété quelconque dans leur code. Ou bien un setting quelque part dans la base de registre, n’importe.

Ma conclusion est la suivante. De deux choses l’une :

  1. Microsoft ne veut pas qu’on fasse de l’automatisation de tests automatisés d’interface avec ses outils. Il est également possible que les problèmes qu’on rencontre avec une approche ManagedSpy (impossibilité de sauter d’un handle de fenêtre principale à un handle de dialogue modal, etc.) existent toujours avec l’approche UI Automation (je ne serais d’ailleurs pas étonné que les deux approches utilisent le même principe, vu la proximité étonnante de UISpy.exe avec ManagedSpy.exe). Peut-être que c’est tout simplement impossible sous Windows…
  2. Je suis passé à côté d’un truc, et il est possible d’envoyer du texte dans un contrôle depuis UI Automation en utilisant un autre pattern. Je dois dire que ce cas-là me ravirait… Oui, je serais content de me faire traiter d’andouille par n’importe qui qui pourra m’apporter un code réalisant enfin ce que je veux faire depuis 10 ans que je bosse dans l’informatique.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.