Blog de JP Gouigoux

26/08/2009

Enfin les vacances !

Filed under: Perso — jpgouigoux @ 1:08

Comment peut-on mieux passer ses vacances qu’en rando en montagne, surtout quand on peut ensuite se reposer dans une maison avec piscine et des hôtes charmants ?

Le mode d’emploi est le suivant… Première journée : monter peinard au refuge. Se faire un petit bain dans un lac de montagne pour activer la circulation et ne pas avoir d’ampoules.

P1070453 (Small)

Lac de montagne, en bas du Montcalm

Arriver juste avant l’orage de grêle. Trouver le moyen de se faire tout de même rincer en prenant un café au bord du lac. Patienter dans le refuge. A la fin de l’orage, se dire qu’il est tôt et que ça serait mieux de monter encore pour être plus proche des sommets demain. Se rendre compte que, de toute façon, on n’a pas le choix vu que le refuge est complet.

Après 1200 mètres de dénivellé pour la journée (340 m/h), planter de tente au bord d’un lac, juste avant le deuxième orage. Patienter dans la tente en mangeant des craquottes. A 21h30, l’orage nous accordant un répit, sortir préparer à manger à la lampe frontale.

P1070462 (Small)

La cuisine à 2600 mètres d'altitude

S’écrouler de sommeil…

Le lendemain, heureusement, le temps est idéal. On attaque ‘à la citadine’, c’est-à-dire à 7h30 du matin (pour ceux qui ne connaissent pas du tout la montagne, c’est TRES tard). Le campement étant à 2600 mètres, on monte directement au Pic Sutlot à 3073 m. Certains passages sont scabreux, mais finalement, on aura passé toute la journée sans avoir besoin de sortir les crampons.

P1070466 (Small)

On est encore en GR !

On grimpe, avec relativement peu de névés, mais pas mal de roche roulante et de terre. Vue la pente, il faut mettre les mains par endroit. Le fait de voir le pic de loin est par contre très motivant. Il n’y a pas un atome de brouillard, ni même un nuage.

P1070475 (Small)

Le Pic Sutlot... de tout en bas

Les 200 derniers mètres sont assez sport, et nous raccompagnerons en descente une Espagnole qui a réussi à monter, mais que le retour effrayait. Esprit chevaleresque dont nous serons malheureusement payés en retour par une suspicion moqueuse de la part de nos épouses 🙂

Vu que nous sommes en forme et qu’il est tôt, on redescend au col et on attaque le Montcalm à 3077 m. Montée super simple, aucune difficulté. Et on se dit alors « autant en profiter pour aller au Verdaguer ». Bref, remontée à 3125 m, pas beaucoup plus technique… Par contre, on a une superbe vue sur le Sutlot :

P1070480 (Small)

Le Pic Sutlot, vu du Verdaguer

Là où on a par contre été un peu (trop) optimiste, c’est que, sachant qu’on devait redescendre au parking (à 1200 m d’altitude) pour la fin de la journée, on n’aurait peut-être pas du faire le Pic d’Estat en plus (3143 m). Mais bon, on était chauds, et on est donc arrivés au plus haut de notre rando.

P1070482 (Small)

Sommet du Pic d'Estat

Le temps d’une petite photo, et il faut désormais bourrer pour se faire les 1250 mètres de dénivellé négatif. On le fera à la moyenne record de 430 m/h, mais avec les jambes explosées en bas… Je suis marathonien et j’ai souvent fait des grosses randos à vélo (180 kms/jour), mais je crois pouvoir dire que je n’ai jamais été aussi épuisé qu’après ces trois heures de descente à fond. Sauf, bien sûr, après les 38 kms de VTT du lendemain. Mais comme dirait ma femme, « t’étais pas obligé »…

Reste le plaisir de ces incroyables paysages, et d’avoir réussi la passe de quatre (4 sommets de plus de 3000 mètres dans la même journée) . Merci, Yves, pour ce super parcours, et à l’année prochaine !

30/05/2008

Je suis (enfin) MCSD.NET !

Filed under: .NET,Perso — jpgouigoux @ 7:28
Tags:

Ca y est : quatre ans après avoir passé la première certification .NET de Microsoft, j’ai enfin réussi à finir le premier cycle de certifications pour être Microsoft Certified Solution Developer. A cette époque là, c’était le top du top… Malheureusement (enfin, pour être honnête, c’est normal), Microsoft a depuis rajouté des niveaux à ses certifications. Il va falloir passer encore deux (ou trois ?) examens passerelles pour me mettre à jour sur le nouveau programme et devenir MCPD.

J’espère vraiment que ça ne changera pas trop vite après, histoire de ne pas passer ma vie à courir après des examens. Encore, tant que c’est des examens comme WinForms ou ASP.NET ou la sécurité, ça va : le sujet est intéressant, et surtout, si on connaît bien le code, on n’est pas pris au piège par les questions. Mais le 70-300, qui est celui sur l’architecture, est vraiment très différent : ce sont des exercices de mise en situation réelle, avec des questions sur les choix d’architecture conceptuelle ou technique. Les réponses sont parfois un peu bizarres, et il y a quelques cas où, vraiment, tout ce qui et proposé paraît ne pas coller à la question. Ca ne vient pas de l’anglais (oui, c’est un des rares examens à ne pas être disponible en français), je suis à peu près bilingue. Les questions sont parfois très vagues, et en architecture informatique, chacun fait son choix. Ce n’est pas comme du code où c’est bon ou mauvais.

La prochaine certification sera le MCTS 70-341 sur SQLServer 2005. Ensuite, les examens passerelles, et peut-être que je pousserai le vice jusqu’à passer les examens WPF et WCF, qui ont été rajoutés récemment. Personnellement, je ne peux que recommander ce cycle de certification. Je ne sais pas ce que valent celles sur les systèmes, SQLServer ou même les certifications non-Microsoft, mais je peux dire que celles que j’ai passées m’ont fait apprendre pas mal de choses en lisant les bouquins de préparation et en faisant les exercices proposés. Il y a bien sûr beaucoup de choses à apprendre, et on se retrouve à bachoter pour certaines classes qu’on n’utilise presque jamais, mais qu’on est obligés d’apprendre pour parer à toute éventualité, mais dans l’ensemble, ce sont des techniques qu’on peut vraiment appliquer au travail.

« Page précédente

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.