Blog de JP Gouigoux

19/06/2010

Renforcement des essieux de la roulotte

Filed under: Roulotte — jpgouigoux @ 9:35

Bon, j’ai eu quelques jours pour réfléchir à la (meilleure ?) façon de faire pour renforcer les essieux de la roulotte. Compte-rendu à la méthode ingénieur :

Exposé du problème

Les essieux flambent de plus de 1% de la longueur. Pas de risque de cassure, mais risque d’affaissement progressif, la barre choisie étant finalement trop faible pour compenser totalement et dans la durée la force de levier des moyeux de roues.

DSCN0842

Traduction

Le responsable (moi) s’est trompé dans ses calculs (approximations)

Résultat

Il faut renforcer. En mode Guernic, ça veut dire bourriner avec du bon gros métal pour pouvoir assoir un ours dessus s’il faut.

Solution

Mettre une cornière en U derrière l’essieu existant pour renforcer, si possible en relevant un peu pour être plus à l’horizontale et commencer à appuyer sur la cornière au lieu de l’essieu existant, de façon à ne pas attendre de flamber plus pour que la nouvelle barre prenne le relai.

Etape 1

Récupérer un bon gros bout de métal. Ceci devrait faire l’affaire, et même au-delà :

DSC_0316

Etape 2

Après avoir décapé la vieille peinture et meulé l’essieu de remplacement à la bonne longueur, le placer derrière celui à remplacer, ou plutôt assister :

DSC_0317

Coup de bol : ça rentre. En forçant un poil, mais en tout cas, ça rentre bien.

Etape 3

Assembler les deux essieux pour ne pas que le nouveau se retire de son emplacement. Pour cela, on agrandit un peu les trous de plaques de métal, et on fait un petit étau à l’ancienne, comme sur les châssis de chariots à cheval :

DSC_0318

Pas besoin de serrer comme un fou, vu qu’il n’y aura pas d’efforts dans ce sens à part le poids de l’essieu si il avait tendance à partir en arrière, ce qui n’est même pas le cas par ailleurs. Pour plus de sécurité, on mettra deux coups de feuillards vers les roues, là où ça se verra moins.

Etape 4

Soulever l’ensemble pour aligner à peu près les deux essieux :

DSC_0319

Etape 5

Trouver des bouts de métal pour bloquer les espaces vers les roues. Des axes carrés de poignées de fenêtres vont faire parfaitement l’affaire.

DSC_0320

Etape 6

Une fois les cales mises en place, redescendre le tout. Faire danser un ours dessus pour vérifier la solidité. En cas d’absence d’ours, demander à toute la famille de venir sauter sur le plancher, ce qu’on fera pour la crémaillère dans quelques mois. Ou tout simplement, laisser sa femme mettre tous les meubles qu’elle veut dedans : si ça tient, ça tiendra tout 🙂

DSC_0322

Conclusion

Vue la solidité des nouveaux axes, plus de souci à se faire. Encore une mission de canard accomplie !

3 commentaires »

  1. bonjour et bravo pour votre travail.
    j’aurais de question concernant l’isolation et la toiture zinc.
    avez vous remarqué des problème de condensation?
    avez vous isoler directement contre la volige? utiliser un frein vapeur?
    cordialement
    martin

    Commentaire par martin — 24/03/2021 @ 7:56 | Réponse

    • Bonjour et merci pour votre commentaire.

      A ce jour, aucun problème de condensation. C’est un des sujets sur lequel je m’étais posé pas mal de questions lors de la conception, mais sur lequel je suis très content du résultat de ce que j’ai mis en place, à savoir du multi-couche. De l’intérieur à l’extérieur, il y a :
      1) Du lambris de chataignier
      2) Du tripli sur lequel il est clouté
      3) Des montants en pin avec deux couches de laine de chanvre dans les travées
      4) Une isolant 17-couches (alu / mousse) qui fait pare-vapeur, mais je pense qu’on pourrait faire sans
      5) Une couche de contreplaqué
      6) Le clin en Red Cedar, posé sans tasseaux

      Le seul problème que j’ai eu est sur une des plaques de contreplaqué, avec des fourmis qui ont bouffé le bois et pondu des oeufs. Mais côté humidité, rien du tout. Il faut dire que la roulotte est exposée au vent, que le bois est un très fort régulateur d’hygrométrie et qu’il n’y a pas d’arbre la surplombant. J’avais aussi fait en sorte avec un espace sous la porte et une fenêtre complètement à l’opposé qu’il y ait une légère circulation permanente dedans. Du coup, même quand on n’y va pas de tout l’hiver, zéro humidité : on laisse même le lit fait dedans.

      Cordialement,

      JPG

      Commentaire par jpgouigoux — 25/03/2021 @ 12:11 | Réponse

      • très bien! merci pour vôtre réponse rapide. bonne continuation.

        Commentaire par martin — 25/03/2021 @ 7:45


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :