Blog de JP Gouigoux

28/04/2010

Pose du plancher, et des premiers couples

Filed under: Roulotte — jpgouigoux @ 8:59

Allez, on réattaque dès le lendemain, tant qu’il fait beau et que le chantier est chaud (les RTT sont la plus belle invention de l’homme après le beurre). On commence par le plancher. Hier, les plaques de CP ont été posées et serrées. L’étape suivante consiste à pointer des tasseaux de bois de 40 mm pour donner l’épaisseur dans laquelle on mettra l’isolant, en l’occurrence des panneaux de laine de chanvre.

Pour limiter les coupes, on fait des écarts de 60 cm de chaque côté. Les tasseaux sont juste à l’intérieur des montants, de façon que l’isolant des murs descende au niveau de la première plaque de bois du plancher.

DSC_0229

Vu que la zone du milieu est du coup un peu plus large, on met quelques morceaux de tasseaux pour bien rigidifier le tout. Puis, on pose les plaques d’OSB (en 22 mm) aussi, et on visse aux quatre coins dans un premier temps pour être bien jointif. Plus tard, on remettra quelques vis pour limiter le travail du bois, bien qu’il y ait moins de risque sur cette deuxième couche qu’en dessous.

DSC_0233

On remarque bien sur la photo ci-dessus que les tasseaux et l’OSB s’arrêtent bien en retrait du CP. Une fois que le plancher est terminé et que les vis manquantes ont bien été rajoutées, on peut passer aux couples, en commençant par les couples maîtres, à savoir ceux qui sont sur les pignons. Pour l’assemblage des couples, voyez un article précédent où je détaillais ça.

DSC_0236

Le couple maître au dessus de l’entrée est assemblé en deux parties correspondant aux deux épaisseurs du mur (comme celui de l’autre pignon, mais ce dernier n’a pas de porte, donc pas d’encoche à réaliser).

DSC_0237

L’encoche dans la porte est réalisée avec 8 mm de matériau en plus pour venir s’emboîter dans la rainure qui avait été pratiquée sur tout le pourtour de la porte au niveau de la cloison intérieure. Les cloisons intérieures seront en OSB, sauf cette partie qui sera un CP, pour une simple raison de meilleure utilisation des chutes de bois. Ces couples maîtres permettent en effet de réutiliser la partie basse des plaques de CP dans lesquelles les couples ont été taillés.

On fait aussi une encoche pour les sablières, alors que pour tous les autres couples, ce sera l’inverse : le couple sera juste poncé et c’est la sablière qui recevra une encoche (2 cm au plus profond, et 0 à l’intérieur).

DSC_0238

Un fil tendu entre les deux couples maîtres permet de vérifier le parfait alignement des couples, ce qui est nécessaire pour ne pas avoir de problème avec le zinc et son assemblage sur le toit.

J’avais oublié hier de préciser que les roues ont enfin été assemblées correctement, avec des chevilles adaptées comme ceci :

DSC_0240

C’est quand même plus propre. Mais revenons à nos couples. L’assemblage n’est pas réalisé avec des vis directement de bois à bois pour ne pas risquer de tomber sur les vis d’assemblage de la sablière, mais surtout pour éviter de tordre le couple, car il est difficile de réaliser une encoche qui suive parfaitement le profil.

Du coup, on met des équerres de chaque côté :

DSC_0245

Oui, je sais, les vis dépassent, c’est du travail de sagouin et proprement un scandale. Mais vu que personne ne mettra jamais les doigts là-dedans, et que ça peut même être utile pour coincer l’isolant du toit, je n’allais pas faire un aller-retour au magasin pour trouver des vis plus adaptées.

Au passage, cette dernière photo fait mieux voir l’encoche réalisée dans la sablière pour laisser passer le couple. Les couples sont espacés de 45 cm environ, ce qui est tout à fait acceptable vue la rigidité de l’ensemble. Vue par contre la masse de bois que tout ceci représente (et on n’a pas encore mis les murs), je me dis que j’ai bien fait de surdimensionner le châssis… Le truc rassurant, par contre, est la grande rigidité du plancher quand on a mis la deuxième couche en OSB.

Ca commence à devenir une habitude de finir avec la nuit. Et j’avais encore tant de trucs que j’aurais voulu faire aujourd’hui : mettre en place la porte, les fenêtres, le renfort sous la fenêtre arrière, les entretoises entre les couples. Mais bon, pour l’instant, on s’arrête là :

DSC_0241

La météo annonçant de l’orage pour demain, et vu que le plancher comporte désormais de l’isolant, ma petite femme qui prévoit tout m’aide à bâcher le plus gros, et les couples restent sur le toit. Vue leur épaisseur, ils ne risquent pas de s’envoler ou de gondoler d’ici le week-end.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :