Blog de JP Gouigoux

30/08/2009

Modélisation des essieux

Filed under: Roulotte — jpgouigoux @ 3:49

Les essieux sont en métal plein section carrée de 35 mm, avec un décrochement au bout, certainement pour accueillir une tête de vis plate, de façon à fixer l’écart de roues lorsque la moissonneuse-lieuse passait sur route et que les utilisateurs remettaient en place les roues métalliques.

Essieu

Essieu

Je profite de cette session pour élargir la roulotte à 2,20 m intérieur comme prévu. Le précédent modèle comptait deux mètres hors tout, ce qui, après la mise en place des cloisons isolées, n’aurait pas été suffisant pour mettre un lit de coin à l’intérieur. Pour les cloisons, je pense faire des sandwiches avec un centimètre de tripli ou de contreplaqué marine de chaque côté et du chanvre pressé en deux plaques de 40 croisées à l’intérieur. Donc, 10 centimètres de murs, et une largeur hors tout de 2,40 environ.

Vue d'ensemble, avec les proportions modifiées

Vue d'ensemble, avec les proportions modifiées

Je viens de me rendre compte que j’ai oublié la margelle. A suivre, donc…

27/08/2009

Définition du projet de roulotte

Filed under: Roulotte — jpgouigoux @ 12:50
Tags:

Bon, la décision a été prise il y a quelque temps déjà : la rénovation de la maison étant finie à 99%, je vais m’attaquer à la construction d’une roulotte. Le but : satisfaire un rêve d’enfance de ma femme, et d’une pierre deux coups, celui de ma fille…

Je pars sur une roulotte d’à peu près 8 m² : 2,20 x 4 m en intérieur. On a vu quelques livres sur la question, ainsi que des sites, mais rien avec des plans, ou alors payants. Bref, autant faire moi-même. Par contre, certaines parties seront beaucoup plus faciles à trouver en brocante ou en casse qu’à créer de zéro. Exemple : les roues. Ca tombe bien, nous avons trouvé dans un vieux hangar du père d’une amie, en Ariège, des roues qui étaient destinées à la ferraille. Il s’agit des essieux et roues mobiles d’une ancienne moissonneuse-lieuse. Elles servaient lorsque la machine rejoignait la route. Elles sont en excellent état, et leur ancien propriétaire, en plus de nous les donner, nous les garantit pour 200 ans, puis se ravise pour 100 ans seulement, vu qu’elles seront en Bretagne 🙂 Je le rassure en lui expliquant qu’elles ne seront pas au contact direct du sol humide, mais sur plaques de bois ou parpaings.

Les roues sont modélisés en 3D pour voir la proportion de l’ensemble.

Roue métallique de moissonneuse-lieuse

Roue métallique de moissonneuse-lieuse

Pour le chassis, je pars sur un assemblage quadrillé en bois, apparemment assez classique pour ce genre de construction. Les montants principaux seront assemblés directement sur les bastaings dans les deux sens, pour améliorer la rigidité.

Base du chassis

Base du chassis

A priori, les montants seraient en 63×75, et les bastaings à plat en section 63×175. Il faudra que je calcule en gros le poids total à supporter, mais vues les dimensions réduites, 5 sections devraient être largement suffisantes.

Pour le toit, on va certainement faire avec du zinc cambré et rabouté par compression. Mais il serait peut-être intéressant de laisser une circulation d’air juste en dessous du métal, pour mieux isoler pendant l’été. Le but étant plus de faire une sorte de cabane pour les enfants, la roulotte sera utilisée le plus souvent pendant l’été, alors je vais isoler costaud.

La place dans le jardin est déjà trouvée : un peu d’ombre d’un noisetier et d’un prunier, juste à côté de la balançoire pour prendre le goûter et vite retourner au jardin 🙂

Pour les cloisons, je pense faire des assemblages en sandwich avec un tripli, de l’isolant et un contreplaqué marine pour l’extérieur. Pour la partie décorative, il va falloir chercher du bardage avec un bois imputrescible. Je ferais bien en Acacia si on en trouve, mais du châtaignier ou du Douglas feront aussi bien l’affaire. Et pour l’intérieur, du lambris, et si possible du beau bois pour le parquet…

Pour l’aménagement, ma femme se charge de tout : le lit de coin est déjà rénové, une petite table en acajou chinée, des coussins et tentures de toutes les couleurs apprêtés. Bref, c’est moi qu’on attend, donc je retourne à mes plans !

26/08/2009

Enfin les vacances !

Filed under: Perso — jpgouigoux @ 1:08

Comment peut-on mieux passer ses vacances qu’en rando en montagne, surtout quand on peut ensuite se reposer dans une maison avec piscine et des hôtes charmants ?

Le mode d’emploi est le suivant… Première journée : monter peinard au refuge. Se faire un petit bain dans un lac de montagne pour activer la circulation et ne pas avoir d’ampoules.

P1070453 (Small)

Lac de montagne, en bas du Montcalm

Arriver juste avant l’orage de grêle. Trouver le moyen de se faire tout de même rincer en prenant un café au bord du lac. Patienter dans le refuge. A la fin de l’orage, se dire qu’il est tôt et que ça serait mieux de monter encore pour être plus proche des sommets demain. Se rendre compte que, de toute façon, on n’a pas le choix vu que le refuge est complet.

Après 1200 mètres de dénivellé pour la journée (340 m/h), planter de tente au bord d’un lac, juste avant le deuxième orage. Patienter dans la tente en mangeant des craquottes. A 21h30, l’orage nous accordant un répit, sortir préparer à manger à la lampe frontale.

P1070462 (Small)

La cuisine à 2600 mètres d'altitude

S’écrouler de sommeil…

Le lendemain, heureusement, le temps est idéal. On attaque ‘à la citadine’, c’est-à-dire à 7h30 du matin (pour ceux qui ne connaissent pas du tout la montagne, c’est TRES tard). Le campement étant à 2600 mètres, on monte directement au Pic Sutlot à 3073 m. Certains passages sont scabreux, mais finalement, on aura passé toute la journée sans avoir besoin de sortir les crampons.

P1070466 (Small)

On est encore en GR !

On grimpe, avec relativement peu de névés, mais pas mal de roche roulante et de terre. Vue la pente, il faut mettre les mains par endroit. Le fait de voir le pic de loin est par contre très motivant. Il n’y a pas un atome de brouillard, ni même un nuage.

P1070475 (Small)

Le Pic Sutlot... de tout en bas

Les 200 derniers mètres sont assez sport, et nous raccompagnerons en descente une Espagnole qui a réussi à monter, mais que le retour effrayait. Esprit chevaleresque dont nous serons malheureusement payés en retour par une suspicion moqueuse de la part de nos épouses 🙂

Vu que nous sommes en forme et qu’il est tôt, on redescend au col et on attaque le Montcalm à 3077 m. Montée super simple, aucune difficulté. Et on se dit alors « autant en profiter pour aller au Verdaguer ». Bref, remontée à 3125 m, pas beaucoup plus technique… Par contre, on a une superbe vue sur le Sutlot :

P1070480 (Small)

Le Pic Sutlot, vu du Verdaguer

Là où on a par contre été un peu (trop) optimiste, c’est que, sachant qu’on devait redescendre au parking (à 1200 m d’altitude) pour la fin de la journée, on n’aurait peut-être pas du faire le Pic d’Estat en plus (3143 m). Mais bon, on était chauds, et on est donc arrivés au plus haut de notre rando.

P1070482 (Small)

Sommet du Pic d'Estat

Le temps d’une petite photo, et il faut désormais bourrer pour se faire les 1250 mètres de dénivellé négatif. On le fera à la moyenne record de 430 m/h, mais avec les jambes explosées en bas… Je suis marathonien et j’ai souvent fait des grosses randos à vélo (180 kms/jour), mais je crois pouvoir dire que je n’ai jamais été aussi épuisé qu’après ces trois heures de descente à fond. Sauf, bien sûr, après les 38 kms de VTT du lendemain. Mais comme dirait ma femme, « t’étais pas obligé »…

Reste le plaisir de ces incroyables paysages, et d’avoir réussi la passe de quatre (4 sommets de plus de 3000 mètres dans la même journée) . Merci, Yves, pour ce super parcours, et à l’année prochaine !

02/08/2009

Mise à jour des librairies pour FOP en .NET

Filed under: .NET,FOP — jpgouigoux @ 2:13
Tags: ,

Suite à une demande dans les commentaires d’un précédent article, voici les librairies compilées en .NET pour faire du XSL/FO par interop avec IKVM. J’en profite pour passer aux nouvelles versions de FOP (0.95) et d’IKVM (0.40.0.1).

Le tout a été buildé sur la base d’une VM 1.6.0_13-b03, et sans clé de nom fort.

Voici le lien. Si vous utilisez ces librairies, merci de m’envoyer un petit message sur votre retour d’expérience, satisfaisant ou pas.

Tant que j’y suis… Cette méthode est manuelle, et ne sélectionne pas les classes utilisées pour la compilation par IKVM. Si vous voulez seulement faire du XSLFO, vous pouvez utiliser également le projet NFOP. D’après ce que j’ai compris, ce n’est pas un portage de FOP en .NET, mais plutôt la même chose que ce que j’ai détaillé dans le post sur XSL/FO en .NET, à savoir une recompilation. Par contre, ils font bien sûr beaucoup mieux les choses, et en particulier, ils doivent filtrer les classes nécessaires lorsqu’ils compilent les JAR de dépendances, ce qui fait que le résultat est bien plus léger. Je vais tester si il n’y a pas autre chose, et je posterai mes remarques dans quelque temps.

Propulsé par WordPress.com.